Groupe de Recherche Archéologique de Tournus (71)

accueil     activités     inventaire     fouilles     animations     périodes     publications     réglementation     liens     contact

 

le Néolithique

De – 5 500 à – 2 300 avant J.C.

 

Deux courants principaux partis du Proche Orient sont à l’origine de la néolithisation de notre pays. Le premier, longeant les côtes de la Méditerranée, touche le Midi vers 6000 avant J.C. tandis que le second, progressant le long du Danube, touche l’Est de la France cinq siècle plus tard. Si la Saône-et-Loire assiste à la jonction de ces deux courants autour de 5000 avant J.C., il semblerait toutefois que l’on doive sa colonisation précoce à des pionniers ayant remonté la vallée du Rhône. Le Néolithique connaît une mutation radicale des modes de subsistance. Jusqu’alors prédateur, l’homme devient producteur en cultivant la terre et élevant des animaux (mouton, chèvre, porc, bœuf). De nouvelles techniques apparaissent : polissage des roches dures, tissage de fibres végétales ou animales, poterie. Des villages regroupent quelques maisons de sédentaires. La fin de la période voit la circulation des premiers objets métalliques en or ou en cuivre.

 La Saône-et-Loire compte des sites néolithiques importants comme ceux de Chassey-le-Camp ou d’Ouroux. On y trouve aussi de nombreux menhirs dont certains portent des gravures renvoyant à la fois à la Bretagne et au Midi de la France ainsi quelques dolmens qui ont abrité des sépultures collectives.

En Tournugeois, une centaine de sites sont rapportés au Néolithique. L’étude des pointes de flèches qui constituent de bons traceurs culturels et chronologiques permet de distinguer différentes phases dans la colonisation de notre région. Les premières communautés paysannes ont privilégié la rive droite de la Saône. Dès le milieu du cinquième millénaire avant J.C., les sommets des collines du Tournugeois sont occupés. Le peuplement de la rive gauche apparaît plus tardif, au début du quatrième millénaire avant J.C. Des menhirs ont été érigés à Nobles, près de Brancion et dans la plaine de la Saône à Boyer. Malgré l’ampleur des recherches, aucune sépulture néolithique n’a pu être détectée à ce jour.

pointe de flèche pédonculée à ailerons (Mancey) – L. 2,5 cm  pointe de flèche tranchante (Le Villars) – L. 2,5 cm

pointe perçante

pointe tranchante

hache polie en roche verte (Préty) – L. 12 cm meule en grès (Marnay) – L. env. 50 cm
hache polie meule
vase (La Truchère) – H. 10 cm  menhirs des Sanguignis (Boyer)
vase menhir en cours de fouille
Paléolithique Méso- Néo- âge du âge du Fer Gallo- Méro-
inférieur moyen supérieur lithique lithique Bronze Hallstatt Tène romain vingien

www.grat.fr.st